Narcisse...
Le rapport avec son propre moi. Le dialogue avec soi-même.
Comme une évidence, je suis donc parti de mon image.
Le thème du miroir m'a conduit à jouer avec la symétrie de mon image, mais inversée.
Les deux visages s'opposent : l'un tourné vers le passé et l ‘autre vers l'avenir.

Le travail de l'image en opposé a fait surgir un troisième visage : un moi profond ?
Ce visage central, qui  nous regarde, prend une forme animale.
Une image surréaliste, derrière laquelle j'ai placé une auréole.
Un moi profond idéalisé, d'où une pose comme une sainte ?

On peut également voir dans le tableau, une déesse avec plusieurs bras, mais aussi un motif en toile d'araignée... un monstre ?
La question se pose puisqu'au centre de ce visage, un oeil apparaît à son tour, qui évoque Baphomet…

Finalement ce moi est double, noir, blanc, le bien, le mal...
L'application d'une couche de résine rappelle l'eau, celle de la flaque dans laquelle Narcisse se contempla...
L'oeuvre est complète... Narcisse où toute la question de soi et de l'image de soi.

 
Diaporama